Jump to content
Révolution Energétique

All Activity

This stream auto-updates     

  1. Today
  2. le redémarrage devais , initialement avoir lieu dans la semaine. il est provisoirement repoussé au mois de décembre, sans date précise. si il n'y avais strictement aucun dégâts, les réacteurs serais déjà démarré. on peut logiquement supposer qu'ils on trouver des dégâts à réparer , quelle ampleur?? quel taux de risque vont-ils prendre pour maintenir la production? jusqu'a l'accident majeur? tu est capable de le dire et d'aller vivre au pied de ces centrales ? sinon, fait comme tout le monde, espère que ce ne sont que des vrai dégâts mineurs , et pas des camouflage et que les (ir)responsable ne prennent pas de risques majeur
  3. Si vous avez des infos précises sur les drâââââââmatiques conséqueeeeeeeences du séisme de l'autre jour, et si vous pouvez nous montrer comment les ondes sismiques suuuuuupuissantes ont TOTALEMENT détruit les centrales nucléaires, fait fuir le liquide vert des tonneaux jaunes fluo de Greenpeace et causé des millions de morts, n’hésitez pas. Et n'oubliez pas de nous donner la liste des régions françaises dévastées à tout jamais, où même un microbe ne peut survivre. En attendant ces preuves, vous êtes juste un adepte de la théorie du complot de plus, à lancer des rumeurs et des raisons de paniquer là où il n'y a rien. (et pour info, le nuage de Tchernobyl a survolé l'ensemble de la France ou presque, et il y a eu précisément zéro conséquence)
  4. Yesterday
  5. ben alors, si libé a publié un article , pas de soucis dormez tranquilles braves gens tout est sous contrôle comme tchernobyl le nuage n'est jamais passer sur la France tout comme celui de Rouen , lubrizol, pas de soucis, a peine quelques odeurs mais aucun produits toxique la désinformation fonctionne bien et lapin crétin confirme heureusement Noel n'est pas loin
  6. Les bénéfices ne sont pas partagés ?! Les communes qui ont une centrale touchent le jackpot, ils ont des piscines, des centres de loisirs, des écoles, des routes etc. largement au-dessus de la moyenne, parce que les communes touchent des impôts énormes. Les riverains des centrales sont parmi les les plus pro-nucléaires à cause de ça et de l'emploi généré. Par ailleurs l'état touche des dividendes (2-4 milliards par an) et les Français paient le courant quasiment le moins cher d'Europe. Les bénéfices me semblent plutôt bien partagés pour le coup. Regardez pour rigoler les photos de la piscine Cap Vert de Breistroff la grande, 650 habitants, c'est digne d'une mégalopole. C'est la centrale nucléaire de Cattenom qui paie tout ça, et c'est comme ça dans toutes les communes qui ont une centrale à côté. Alors se plaindre que les bénéfices ne sont pas distribués... Concernant le séisme de l'autre jour, Libé a publié un excellent article. La conclusion est qu'il ne s'est rien passé, mais on aime bien se faire peur et beaucoup de médias ont cédé au réflexe pavlovien : nucléaire ? il faut avoir peur !
  7. Last week
  8. et les centrales à l'arrêt pour cause séisme non prévu, heureusement, pour cette fois encore la catastrophe à été évité mais la prochaine fois ???? encore que comme d'habitude, il serais étonnant qu'on sache exactement les conséquences sur ce séisme sur les structures des centrales. leur remise en service ne semble pas etre un soucis , certains "(ir)responsables", qui sont loin des sites, vont prendre le "risque" , j'en fait le pari risque pour les ouvriers des centrales, des populations environnantes , mais pas pour eux, les bénéfices , bien sur n'étant pas partagé avec ces populations.
  9. Je n’ai pas compris l’argument concernant la vue franco-française de la chose ? Les 60 ans d’uranium que vous mentionnez sont faux ; d’où vient ce chiffre ? L’AIEA parle de siècles (au rythme de consommation actuel, et en acceptent une certaine hausse du coût d’extraction, en sachant que le coût du minerai a très peu d’influence sur le prix du kWh produit). Et en passant à la generation suivante, les réacteurs à neutrons rapides (RNR comme Phénix, Superphenix et ASTRID), on a plusieurs millénaires de « carburant ». Pour info EDF vient d’arrêter ASTRID parce qu’il est plus intéressant économiquement d’acheter de l’uranium que d’exploiter le combustible usé ; ils ne prévoient pas de changement de ce point de vue avant 30 ou 40 ans. D’autres pays comme la Chine continuent la mise au point. Par ailleurs on n’a pas besoin de multiplier par 10 le nombre de réacteurs, parce que les générations actuelles sont plus puissantes (REP actuel : 900 MW ; EPR : 1600 MW). Donc une multiplication par 6 serait un bon début. Quand on sait que rien que la Chine veut construire 500 centrales à charbon par an, les 2500 réacteurs au niveau mondial prennent un autre sens. Le reste de votre message (fin de l’époque industrielle) s’applique à toute industrie, et si ce que vous dites se réalise, le risque sera catastrophique pour tous les sujets, sites Seveso, aviation, santé etc.
  10. Earlier
  11. Bonjour, Bonjour, Auriez vous des nouvelles sur la compatibilité tapatalk ? Je voudrais bien participer plus à ce forum très intéressant mais tapatalk m'est vraiment nécessaire.
  12. C'est surtout criminel d'y rester ! Vos arguments se basent sur une vision franco-française, or l'économie est mondialisée. Le nucléaire, c'est 3% du mix énergétique mondial pour environ 60 ans de réserve d'uranium. Or on ne maitrise aucune autre technologie que la fission uranium pour le moment. Et encore... vu les déboires de l'EPR ! Si on multiplie par 10 le nombre de réacteurs (400 à 4000), on passe à 30% du mix énergétique et 6 ans de réserve !!! C'est donc sans objet et ça ne résoud rien. Ou alors seule la France a le droit de construire de nouveaux réacteurs... et on empêche les autres d'en faire autant. Comment ??? C'est criminel d'y rester parce que dans tous les cas, notre civilisation industrielle touche à sa fin. ça va se planter d'ici 20 à 30 ans tout au plus. Et ceux qui resteront auront déjà du mal à trouver à manger et à boire, alors si en plus, ils doivent se taper la radioactivité de 4000 réacteurs qui ne manqueront pas de fuire de tous les côtés faute de maintenace... Donc il faut fermer le plus "proprement" possible les réacteurs actuels et "planquer" nos déchets pour ne pas compliquer encore plus la vie de nos descendants.
  13. Merci pour vos encouragements, j'ai demandé il y a 2 mois un compteur Linky et passé mon abonnement à 36kVA pour être sur de ne pas avoir de mauvaise surprise sur le renforcement réseau, il y a plus d'un ans j'ai précommandé un Tesla powerwall, (avec Elon il faut savoir rester ZEN). J'attends de ce forum de l'aide concernant l'optimisation de ma courbe de consommation, coté production c'est fait. Sachant que je suis retraité vivant à la campagne; - que j'ai un VE a recharger -que le chauffage de ma grande maison a un déphasage de environ 12h;( plancher chauffant ; monomur de 37 plus enduit intérieur chanvre et chaux) avec une PAC connectée de 5 de COP "7°C ext, 35°C eau" et une VMC thermodynamique. - que j'ai 2 cumulus électrique - que j'ai toujours fait les travaux électriques de la maison. Comment tendre vers un maximum d'autonomie ??? C'est un beau sujet de domotique n'est-ce pas ?
  14. Félicitations Patrick pour cette installation avec une première tranche de 18kWc et une deuxième à venir de la même puissance. Comment se passe l’installation ? n’hésite pas à nous faire partager ton expérience à l’aide de quelques photos. Aurais-tu un lien qui explique les puissances d’abonnement requise par ENEDIS pour une telle installation de 2x18kWc ?
  15. L'état, en bon gestionnaire, cherche à minimiser les risques. 6 reacteurs epr, c'est rien par rapport à tous ceux qui vont devoir s'arrêter. En faisant cela, l'état s'assure de maintenir l'autonomie énergétique du pays en misant sur deux technologies : le nucléaire qui a déjà fait ses preuves d'un côté, les enr de l'autre. C'est un choix assez raisonnable. Mais vous avez raison : nous pouvons agir au niveau individuel. Chaque foyer ou copropriété qui installe des panneaux solaires sur son toit (avec stockage), c'est de l'energie qu'edf n'aura pas à produire. Cela développe la filière solaire et fait baisser ses coûts de production. On peut opter pour un fournisseur d'électricité qui s'engage à deployer des moyens de production 100% renouvelables. Autant de choses qui peuvent faire que dans 10 ans il sera clair pour tout le monde qu'on n'a plus besoin du nucléaire car plus compétitif. Ou pas. Nous verrons bien.
  16. Commençons par faire les actions au niveau personnel et n'attendons pas les politiques qui sont des girouettes; on parle des ENR, mais on en supprime les subventions, et on commande 6 Epr... pas mal comme hypocrisie !
  17. au contraire , c'est maintenant qu'il faut investir. dans 50 ans il sera trop tard. mais tu a bien une façon de penser à court terme , typique des financiers qui attendent la dernière minute et se plaignent de ne pas avoir eu le temps de s'adapter
  18. Sur ça on est d'accord, peut-être que dans 50 ans le renouvelable sera viable par lui-même (stockage par exemple) et n'aura plus besoin d'une base pilotable. Donc d'ici à dans 50 ans il n'y a pas besoin de mettre des centaines de milliards d'euros pour essayer de remplacer un courant décarboné par un autre décarboné mais qui ne tourne que 20% du temps et qui consomme des ressources à fond les manettes.
  19. tu reste sur une projection a court terme et c'est pour cela que tu n"arrivera jamais a comprendre correctement les vrai enjeu du monde personne ici ne va dire qu'il faut arrêter le nucléaire dans les 10 ans qui viennent mais il faut comprendre que dans les 40/50 ans , il faudra avoir mis une solution multi énergie renouvelable pour remplacer tout ce qui est fossile , y compris le nucléaire qui consomme des produit qui auront une fin. c'est dans ce sens qu'il faut agir des à présent
  20. Bonsoir @Gwladys, si j'étais en logement individuel avec du terrain je ferais certainement le choix d'une installation la plus autonome possible. Je suis hélas en collectif avec beaucoup de copropriétaires >70 ans qui ont un référentiel différent et qui ne voient pas bien l'intérêt d'un investissement sur 15-20 ans (et pour cause). Mais à côté des "chanceux" qui sont en individuel et qui ont les moyens, il y a des gros besoins "nationaux" (grandes agglomérations, industries, SNCF, demain j'espère transport électrifié). Et il faudra bien des solutions qui vont au-delà des producteurs locaux.
  21. Pas tout à fait... Pour remplacer le nucléaire, on aura le choix entre nucléaire et fossile (gaz), et quelle que soit l'option choisie on aura une certaine quantité de EnR qui permettra de temps en temps de réduire ou arrêter le nucléaire, respectivement le gaz. Il faut comprendre que l'EnR ne dimensionne pas la capa de production ; quand il tourne, on arrête le principal, quand il ne tourne pas, on fait tourner le principal. Le foisonnement est une idée sympathique mais n'existe pas dans la pratique, et le stockage suffisant existera peut-être un jour, mais pas dans les 10 ou 20 ans. Donc notre choix pour remplacer le nucléaire sera le nucléaire ou le gaz, et la taille du doublon en EnR que nous souhaitons avoir en parallèle.
  22. Je ne m'inscrierais pas dans votre débat qui me semble complètement dépassé vu l'état de la planète. Pour ma part, je constate qu'enedis et consort font un lobbying forcené pour éviter que les projets d'autoconsommation collective ne soient rentables et se multiplient, que ces même sociétés ont profité des primes très importantes pour se développer en ENR mais préfèrent vendre leur production à l'étranger car plus rentable. Je maintiens que la solution est au niveau local par des acteurs et consommateurs locaux malgré le racket d'edf avec la TURPE et bientôt beaucoup plus grâce à linky. Depuis plus d'une semaine, le photovoltaïque est très bas et c'est l'eolienne qui produit pour les besoins du site. Tout va bien, merci...
  23. alors , moi aussi je vais t'aider la marmotte ................. si tu pense vraiment que les autorité sont transparentes sur le nucléaire, comme sur le reste (lubrizol pour rester dans l'actualité) pense que le papa noel c'est le 25 décembre mais c'est pour les enfants pas pour les adultes responsables
  24. Si on souhaite se passer du pétrole pour le transport, il faut augmenter de 15% la production d'électricité. (Source erdf) D'ici 20 ans, bon nombre de réacteurs nucléaires vont être mis hors service, et il va bien falloir les remplacer par quelque chose d'autre. Pour cela, on n'a le choix qu'entre le nucléaire ( nouveaux reacteurs) et les ENR (car on est bien tous d'accord pour ne pas brûler plus de gaz ou de pétrole), choix dont j'ai expliqué la problématique plus haut. A propos de la révolution du stockage, je pense pour ma part qu'elle est en marche, et qu'on en est qu'au début. Par ailleurs, les progrès du transport par courant continu sur des longues distances laissent envisager la possibilité de longues interconnexions au niveau européen pour pallier aux intermittences régionales, ce qui limiterait les besoins réels de stockage. Les avancées technologiques dans ces domaines font que désormais le nucléaire n'est plus l'unique solution envisageable pour produire de l'électricité decarbonée.
  25. Je vais vous aider : un jour, on ne sait pas quand, on aura un accident majeur sur un réacteur en France. Peut-être demain, ou peut-être dans 50 ans. Vous vous imaginez sans doute Tchernobyl ou Fukushima ; en fait l'accident ressemblera plutôt à celui de Three Mile Island (même type de réacteur REP qu'en France et architecture globale similaire). Réacteur détruit, un ou deux milliards de dommages pour l'exploitant (EDF) et quasiment aucun effet sanitaire mesurable en dehors de l'enceinte de la centrale. Penser qu'un réacteur français va se comporter comme le RBMK de Tchernobyl, c'est croire que les réservoirs d'hydrogène de l'Airbus A380 vont prendre feu spontanément parce que vous avez vu un reportage sur le Hindeburg (indice : il n'y a pas de réservoir d'hydrogène dans un A380).
  26. Les Pays Bas ? 80% ou plus de leur courant est fait à partir de fossile. Ils sont parmi les plus mauvais élèves en Europe pour les GES dus à l'électricité. Je pense qu'il y a erreur là, c'est le pire exemple de ce qu'il ne faut plus faire. Le Royaume Uni a effectivement augmenté son parc installé en éolien mais le backup de cet éolien est surtout du gaz. Au final ils émettent 6 fois plus de CO2 par kWh que la France (dans les 300g vs 50 g en France). Ce n'est pas un modèle à suivre. On peut mettre la quantité qu'on veut comme renouvelable, ce qui va dicter les émissions, c'est ce qu'on met comme backup quand le renouvelable ne tourne pas. En Allemagne, c'est du charbon et du gaz --> le résultat est catastrophique (450 g CO2/kWh). Ils auraient conservé le nucléaire pour réduire le charbon, le résultat aurait été largement meilleur. En France, on n'a pas besoin de renouvelable pour faire du faiblement carboné. Au contraire, en diminuant le nucléaire, on va ajouter du renouvelable (pourquoi pas) mais surtout du backup au gaz, parce qu'il n'y a rien d'autre, et les émissions vont exploser. On ne peut pas tricher avec la physique. On peut espérer qu'un jour on fasse une percée magique dans le stockge, mais augmenter fortement les émissions de GES et compter sur un espoir n'est pas réaliste. La perte de compétences, les dettes et les débouchés limités pour l'export sont surtout vrais pour le nucléaire français, pas le nucléaire en général. Les chinois ont déjà fini leurs 2 EPR, bien avant la France alors qu'ils ont commencé après, et ils exportent leur technologie vers une douzaine de pays. C'est la France qui devrait avoir eu ces marchés... J'ai posé une question sans réponse au-dessus : pourquoi on devrait faire plus d'EnR en France exactement ? Je veux dire, dans quel but ou avec quel objectif ? Juste parce que les autres le font ou bien il y a une vraie raison ?
  27. Je ne suis pas d'accord avec cette affirmation. C'est sûr qu'on ne peut pas se passer du nucléaire du jour au lendemain. Cependant, d'autres pays européens (la GB, les pays bas) ont réussi à porter la part des enr à des niveaux très importants. Cela montre que c'est techniquement et financièrement possible. https://www.20minutes.fr/monde/2628591-20191015-royaume-uni-energies-renouvelables-deviennent-premiere-source-electricite Le décideur politique a le choix entre une industrie nucléaire qui semble en grande difficulté (perte de compétences, dettes, débouchés à l'export très limités) et dont on connaît les risques , ou faire appel à des technologies nouvelles, plus diverses, sans risques sur le plan sanitaire, mais qui n'ont pas encore fait totalement leurs preuves pour de la production à grande échelle. On peut railler le gaspillage de subventions à l'enr en France, tout comme on peut railler les déboires de l'epr, mais il n'en demeure pas moins que d'autres pays avancent avec les enr, et bien plus vite que nous. Il semblerait que l'état français cherche à créer 6 nouveaux epr, ce qui est finalement peu par rapport au nombre de réacteurs qui vont devoir être mis hors service. Si ça marche on sera content. Si c'est parti pour 15 ans de chantier et qu'entre temps les enr prennent leur envol en France comme dans d'autres pays actuellement, ce sera vraiment de l'argent gaspillé et des risques encourus inutilement.
  1. Load more activity


×
×
  • Create New...