Jump to content
Révolution Energétique

Sauve Béranger

Members
  • Content Count

    38
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

Sauve Béranger last won the day on March 11

Sauve Béranger had the most liked content!

Community Reputation

2 Neutral

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. L’implantation Les barrages hydroélectriques, qu’ils soient au fil de l’eau ou barrages lacs de stockage, ont des possibilités d’implantation très limitées. En France, tous les sites possibles pour une production importante (+de 200 MW) sont exploités. Pour une STE fonctionnant en base, il suffit d’un petit cours d’eau et d’une pente au-dessus. Pour celles fonctionnant en semi-base, le débit du cours d’eau devra être plus important ainsi que le réservoir supérieur ; mais en aucun cas il sera égal à celui des STEP actuelles. Pour les STE marines, il suffit d’avoir du relief en bord de mer. Le
  2. Je vous fais parvenir un dossier sur les STE (Stations de Transfert d’Énergie), dossier communiqué il y a plus de 3 ans au centre de recherche d’EDF et resté sans réponse. Comme je l’écris à Madame Pompili, les STE c’est un quotient production/consommation d’électricité supérieur à 15. Ce chiffre repose uniquement sur des lois de science physique. Lors de mes précédents courriers envoyés à EDF, je n’avais pas encore écrit le texte très important sur les engrenages réducteurs et la vitesse, texte que vous trouverez dans la partie “calculs” du dossier. Lorsque Copernic a dit que la t
  3. La puissance installée d'une éolienne est la quantité maximale d'énergie (électricité) qu'elle peut produire en 1 heure. Cela se produit quand le vent souffle à une vitesse d'environ 60 km/h. Mais qu'appelle-t-on taux de charge ? Est-ce qu'il s'agit de la période de fonctionnement, y compris lorsque les pales tournent lentement et que l'éolienne produit peu, ou bien sa production effective par rapport à la puissance installée ? Si c'est par rapport à la puissance installée, cela veut dire que les éoliennes tournent beaucoup plus que 23 % du temps. Si c'est par rapport au temps, une éolienne d'
  4. Evidemment si vos références sont le Parisien.......Il est un fait que la principale ENR dans le monde c'est l'hydraulique et de très très loin. Des pays comme la Norvège, le Québec, le Costa Rica l'hydraulique c'est 100 % de l'électricité. Actuellement le solaire et l'éolien c'est moins de 5 % de l'électricité dans le monde.
  5. Sans être pro nucléaire, car je considère que les énergies fossiles sont des énergies finies, condamnées à plus loin long terme à disparaître, il faut bien voir que souvent les anti-nuc sont près à dire n'importe quoi ( Regismu), comme 95 % des gens ne comprennent rien à l'énergie nucléaire, ils considèrent que cette masse inculte est près à gober n'importe quoi.
  6. C'est exact ce que vous dites, à la condition qu'on ne trouve pas une ENR non intermittente et illimitée.
  7. Il manque quelque chose ..........quelle surface au sol (ou sur les toits) pour produire 265,6 TWh d'électricité à partir du photovoltaïque?
  8. Non, il n'y a rien sur Internet pour des raisons de protection.
  9. L'article que vous citez ne concerne que la production d'électricité alors que l'article que je cite concerne l'ensemble de la consommation d'énergie dans le monde.
  10. Mon billet est sur la production d'énergie éolienne et solaire DANS LE MONDE, je n'ai pas dit en France. En France la production hydraulique est encore 2,5 fois plus importante que l'éolien et le solaire.
  11. Les énergies fossiles ont assuré, en 2019, 81% des besoins énergétiques dans le monde. Elles devraient en représenter encore 74% en 2040. Nous dépensons 129 milliards de dollars par an pour subventionner la production d'électricité solaire et éoliennes, mais selon l'AIE (Agence Internationale de l'énergie), ces sources n'assurent que 1,1 % des besoins énergétiques mondiaux. L'AIE estime que d'ici 2040, en ayant dépensé 3500 milliards de dollars en subventions, le solaire et l'éolien assureront moins de 5% de nos besoins en énergie, c'est-à-dire pas plus que l'hydraulique qui est rentable sans
  12. Bonjour, Le dernier numéro de Transitions et Energies est consacré à EDF (EDF : la mort en face). C'est très intéressant pour 9,90 € (sans pub)
  13. J'ai pris 20 ans pour l'amortissement car c'est la limite supérieure en comptabilité. Même avec une faible inflation, le montant cumulé des intérêts devient prohibitif. Et puis comment estimer l'inflation sur 40 ans ? L'idéal c'est l'autofinancement mais maintenant les entreprises préfèrent verser des dividendes et emprunter plut^t que pratiquer l'autofinancement.
  14. Sur la loi Nome on est bien d'accord, c'est un hold up imposé par l'Europe. Ce qui est le plus risible est que la Suède, pays de la Communauté européenne, a une entreprise Vattenfalls qui est 100 % détenue par l'Etat et où aucune entreprise étrangère ne peut vendre de l'électricité alors que Vattenfalls propose son électricité à la France. Je n'ai jamais dit que l'EPR était seul responsable de la dette d'EDF mais le seul amortissement (sur 20 ans sans les intérêts) de l'investissement met le MWh de l'EPR à plus de 60 euros. Il faut voir qu'on a largement fait appel à de la main d'œuvre ét


×
×
  • Create New...