Jump to content
Révolution Energétique

Sauve Béranger

Members
  • Content Count

    29
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutral

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. L'article que vous citez ne concerne que la production d'électricité alors que l'article que je cite concerne l'ensemble de la consommation d'énergie dans le monde.
  2. Mon billet est sur la production d'énergie éolienne et solaire DANS LE MONDE, je n'ai pas dit en France. En France la production hydraulique est encore 2,5 fois plus importante que l'éolien et le solaire.
  3. Les énergies fossiles ont assuré, en 2019, 81% des besoins énergétiques dans le monde. Elles devraient en représenter encore 74% en 2040. Nous dépensons 129 milliards de dollars par an pour subventionner la production d'électricité solaire et éoliennes, mais selon l'AIE (Agence Internationale de l'énergie), ces sources n'assurent que 1,1 % des besoins énergétiques mondiaux. L'AIE estime que d'ici 2040, en ayant dépensé 3500 milliards de dollars en subventions, le solaire et l'éolien assureront moins de 5% de nos besoins en énergie, c'est-à-dire pas plus que l'hydraulique qui est rentable sans
  4. Bonjour, Le dernier numéro de Transitions et Energies est consacré à EDF (EDF : la mort en face). C'est très intéressant pour 9,90 € (sans pub)
  5. J'ai pris 20 ans pour l'amortissement car c'est la limite supérieure en comptabilité. Même avec une faible inflation, le montant cumulé des intérêts devient prohibitif. Et puis comment estimer l'inflation sur 40 ans ? L'idéal c'est l'autofinancement mais maintenant les entreprises préfèrent verser des dividendes et emprunter plut^t que pratiquer l'autofinancement.
  6. Sur la loi Nome on est bien d'accord, c'est un hold up imposé par l'Europe. Ce qui est le plus risible est que la Suède, pays de la Communauté européenne, a une entreprise Vattenfalls qui est 100 % détenue par l'Etat et où aucune entreprise étrangère ne peut vendre de l'électricité alors que Vattenfalls propose son électricité à la France. Je n'ai jamais dit que l'EPR était seul responsable de la dette d'EDF mais le seul amortissement (sur 20 ans sans les intérêts) de l'investissement met le MWh de l'EPR à plus de 60 euros. Il faut voir qu'on a largement fait appel à de la main d'œuvre ét
  7. Il ne faut pas confondre coût d'exploitation et compte d'exploitation. Prenons le cas d'Eurotunnel. Dès le départ l'entreprise a eu une exploitation excédentaire mais un compte d'exploitation déficitaire en raison de l'emprunt (et des taux d'intérêts) fait auprès des banques. L'appel public à l'épargne a couvert qu'une toute petite partie des investissements. Pour EDF, le scénario est identique, l'entreprise ne peut plus rembourser les emprunts et donc au final elle augmente son déficit tous les ans et en encore plus depuis l'EPR. Pour les éoliennes c'est l'inverse. Les charges d'exploita
  8. La première STEP en France est bien celle du lac noir. Les STEP ne datent pas de l'antiquité et c'est bien de ça dont il s'agit dans cet article. Merci pour la précision au sujet des turbines Francis qui confirme ce que je dis. Votre marotte sur la pression de l'eau n'a rien de scientifique. La totalité de l'eau contenu dans un conduit représente un volume d'eau et un poids 1 dm3 = 1 kg. Si vous poussez une voiture sur une pente à 1° l'effort n'est pas le même que sur une pente à 5°. C'est pareil pour l'eau. La section du conduit joue un grand rôle car plus la section est importante plus
  9. La première STEP fut construite durant l'entre deux guerre au lac noir dans les Vosges, donc ça ne date pas de l'antiquité. Dans une STEP on remonte l'eau dans la retenue supérieure par le même conduit qui sert au turbinage pour produire de l'électricité. Les STEP servent uniquement au stockage de l'électricité pour pallier aux pics de consommation. D'après le principe de la conservation de l'énergie, une STEP consomme plus d'électricité qu'elle n'en produit. La plus importante STEP de France est celle de Grand Maison d'une puissance de 1800 MW. Le quotient production/consommation d'électricit
  10. Vous ne trouverez aucune STEP dans le monde avec des conduits de 13 mètres de diamètre. Remonter un volume de 1 459 315 m3 soit une masse en gravité (poids x sinus de l'angle de la pente) de 102 512 tonnes, c'est tout simplement délirant. 1 Watt étant égal à 1 Newton sur 1 m en 1 sec, en supposant que l'eau soit remontée à la vitesse de 30 km/h, cela nécessite une puissance de 8 377 MW soit 5 EPR ! Et en plus il y aurait 3 conduits, vous délirez totalement ! Oui, je maintiens que plus la pente est faible, plus la longueur de la conduite forcée est longue et donc plus les pertes de charge
  11. Je n'ai jamais dit que l'accélération de la pesanteur était une variable, j'ai dit textuellement que l'accélération de la pesanteur était de 9,81 m par seconde au carré ! J'ai visité Grand Maison et j'ai justement posé la question à propos du canal d'amenée où il n'y avait pas de pente à savoir si cela ne représentait pas une perte de production, et on m'a répondu que non et que le rapport production/consommation d'électricité était de 90 %. Etant donné que cela ne change pas la hauteur de chute, il n'y aura pas de perte mais le canal d'amenée devra être de dimension beaucoup plus grande que l
  12. Bonjour, Je n'arrive pas à faire un copier-coller du site, le nom exact est hydroturbine.info en tapant ce nom sur google on tombe automatiquement sur le site. J'ai fait une photo d'écran sur la page "potentiel d'une chute d'eau". On voit très clairement, contrairement à ce que dit Inondator, qu'il faut bien tenir compte de l'accélération de la pesanteur pour les calculs. L'exemple que j'ai choisi c'est pour montrer à quelque moment 1m3 d'eau produit 1 kWh, cela dépend de la hauteur de chute et du rendement, ici 423 m pour un rendement de 0,85. Il y a une page sur les calculs des pertes d
  13. "Lorsque vous aurez compris que seule la hauteur de chute importe (pertes de charge mises à part), on pourra de nouveau discuter. Mais là vous vous ridiculisez" Comme je vous l'ai dit 3 éléments sont à prendre en compte pour calculer la production : la hauteur de chute, le débit et le rendement. A hauteur de chute égale, si la chute d'eau est sur un parcours de 1 km ou de 10 km les pertes de charges ne seront pas les mêmes. Plus le trajet est long (pour la même hauteur de chute, et donc plus la pente est faible) plus les pertes de charges seront importantes et donc plus le rendement sera
  14. Prendre pour agent comptant les chiffres d'une banque d'affaire c'est croire à un escroc qui veut vous soutirer de l'argent. Ces chiffres sont évidement faux. Pour le photovoltaïque et l'éolien, l'évaluation est assez simple : vous prenez la puissance installée que vous multipliez par le facteur de charge (entre 0,20 et 0,25 suivant les endroits), vous multipliez par 24 puis par 365 puis par 25 (25 ans). Cela donne la quantité en MWh produite en 25 ans. Il suffit ensuite de diviser le montant de l'investissement par le chiffre obtenu. En général on tourne autour de 70 € pour l'éolien et 75 pou
  15. Bon on va arrêter là. Les ingénieurs d'EDF sont des imbéciles (selon vous) en voulant utiliser toujours la plus grande pente. Vous êtes la seule personne à dire que ce n'est pas l'énergie cinétique de la chute d'eau qui produit l'énergie. Vous raisonner uniquement sur la totalité de la colonne d'eau, comme s'il suffisait de mettre de l'eau dans un gros tuyau pour produire de l'électricité.


×
×
  • Create New...