Jump to content
Révolution Energétique

adesir

Members
  • Content Count

    25
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

4 Neutral

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Bonjour, Oui, nous attendons l'accident majeur pour changer. Trop d'intérêts pas ailleurs. Espérons simplement que les dégâts et les morts de l'accident déclencheur ne seront pas trop nombreux. Mais, à voir le Japon, il faut que ce soit majeur pour que l'abandon soit inéluctable. La disparition d'un village et l’irradiation des alentours n'y suffira pas. En attendant, on accumule les déchets...
  2. Bonjour, Je suis dans le même cas (environ 100VA de veille sur une plaque Whirlpool), et la réponse finale sur le forum de QueChoisir est correcte. Perso, je coupe totalement l'alimentation de la plaque après utilisation (et refroidissement) pour éviter cette perturbation.
  3. Evidemment, mais les études de potentiel de production des usines marémotrices ont été relancées lors des études du potentiel de production des hydroliennes. C'était une indication pour ceux qui cherchent à se renseigner sur les raisons de l'abandon de la filière. Dans mon souvenir, ces études donnaient quelques endroits valides dans le monde, peu en France.
  4. Bonjour, D'après les études relancées lors des tests des hydroliennes, le potentiel est faible...
  5. Bonjour, Seuls les tests le diront. Personne dans l'entourage pour prêter deux boitiers CPL ? J'ai une expérience de communication CPL qui traverse deux tableaux pour relier deux maisons. Pas rapide, mais ça passe.
  6. Bonjour, Il y a un peu de ça, mais pas tout à fait dans mon esprit. D’abord, n’y voir aucun reproche personnel, ces quelques phrases illustrent bien un état d’esprit généralisé. Nous savons bien qu’il faut arrêter le nucléaire, passer aux renouvelables, etc. Mais pas au point de payer plus cher notre énergie. Pas au point de - attention gros mots - renoncer ou décroître. Or le faible prix de l’énergie actuel ne repose que sur un gigantesque emprunt, laissant la dette au futur. Combien payons-nous du véritable coût ? Ceux qui produisent eux-même (individuellement ou collectivement, sans aucune subvention) peuvent le calculer, ils peuvent se sentir pénalisés, mais ils payent le vrai prix. Ceux qui achètent les énergies de stock n’en payent pas le coût, juste ce qui a été décidé de payer immédiatement.
  7. Bonjour, Voilà, nous en sommes la : merci pour la synthèse sur l'état de la transition énergétique actuelle.
  8. Bonjour, Lors du Solar Decathlon de Versailles en 2014, plusieurs bâtiments étaient équipés de plaques de PCM. Lors des questions techniques durant les visites, les étudiants ingénieurs chargés de l'évaluation ne semblaient pas enthousiastes sur l'apport de ces matériaux dans la performance globale des bâtiments (ces bâtiments sont lourdement instrumentés et l'apport des plaques avait pu être quantifié). En "off" (partenariat officiel oblige), j'avais compris que c'était encore un produit "innovant" plus pour la marge des fabricants que pour l'intérêt technique... Voici un échantillon sous forme de capsule qui traine sur mon bureau, pour jouer avec selon la température.
  9. Bonjour, Cet été, il a fait très chaud plusieurs fois. L'isolation du toit a empêché la chaleur de rentrer, mais aussi de sortir aux moments frais. En hiver, le chauffage permet de compenser la perte de chaleur par les parois et les apports internes s'ajoutent au chauffage pour monter la température interne. En été, les apports internes continuent de faire monter la température à l'intérieur, mais la chaleur externe aussi : tout va dans le même sens. Pour garder le confort l'été, il faut donc lutter contre tous les apports de chaleur et c'est moins "facile" qu'en hiver. Quelques conseils : - renforcer autant que possible l'isolation, pour empêcher la chaleur de rentrer. C'est la même chose qu'en hiver pour éviter à la chaleur de sortir. Tout renforcement de l'isolation participe au confort d'été, - en particulier, l'isolation des vitrages est toujours un point faible. Pour contrer l'entrée de la chaleur en été ou contrer la sortie de la chaleur en hiver, il faut des vitrages les plus isolants possibles, sachant qu'ils seront toujours moins isolants qu'une bonne isolation murale (un vitrage laisse passer environ 10 fois plus de chaleur qu'un mur). Le triple vitrage est la moins mauvaise solution actuellement, le double vitrage est médiocre, le simple vitrage insuffisant. - éviter que les rayons du soleil puisse atteindre les parois de la maison, que ce soit le toit, les murs et surtout les vitres. Arbres, volets, pergolas, stores, voiles d'ombrage, BSO, il existe plein de méthodes pour éviter que les rayons du soleil réchauffent la maison. Pour les vitres, c'est vraiment critique. Exemple d'anomalie menant rapidement à la surchauffe : les fenêtres de toit (sauf si elle sont orientées vers le nord, pour le France), - éviter que la chaleur de l'air extérieur rentre dans la maison. L'étanchéité à l'air participe au confort d'été, comme à celui d'hiver. Mais il faut ventiler pour garder un air intérieur sain. Plusieurs solutions : VMC double flux à haut rendement, puits provençal et ses variantes, - éviter tous les apports internes, que ce soit une activité intense à l'intérieur, les appareils électriques, la cuisson, les ordinateurs, les grosses TV, etc. La multiplication des réfrigérateurs et congélateurs est particulièrement pernicieuse : ces appareils sont de bons petits radiateurs que nous utilisons plus en été et qui chauffant d'autant plus l'intérieur de la maison qu'il y fait chaud ! Bonne lutte !
  10. Bonjour, Un point sur la durée de vie (estimée bien sûr) des différents systèmes de de production d'électricité. Puis sur la durée de vie des systèmes de stockage, puis sur la durée de vie des systèmes de consommation (transformation de l’électricité en service).
  11. Bonjour, Pas sûr que ce soit reproductible en pays "chaud", donc pas sûr que ce soit un type de construction d'avenir... C'est sans même beaucoup de verre et d'acier, le béton cellulaire n'est pas réputé "bioécologique". La surface pour une famille est importante. Après, les chambres sous terre, donc sans fenêtre si je comprends bien, c'est un style de vie. Vivre dans la serre une partie de l'année doit être très agréable. N'empêche, c'est un beau concept, qui reprend celui de la double peau des immeubles en version maison individuelle. Mais, à mon humble avis, ça restera un prototype. Trop cher, trop gros, trop d'énergie grise pour que ça se généralise.
  12. Bonjour, Brancher son lave-linge sur l'installation solaire (CESI) est intéressant, surtout quand c’est prévu pour. Voir http://www.renopassive.fr/index.php?post/2011/09/15/Lave-linge-à-alimentation-en-eau-chaude Effectivement, l’idéal est de brancher l’arrivée d’eau chaude du lave linge sur le solaire et l’arrivée d’eau froide sur l’eau de pluie. Nous en sommes là depuis deux semaines.
  13. Bonjour, C'est effectivement la critique de fond qui ressort des analyses "sérieuses" : le compteur Linky bénéficie quasi exclusivement à Enedis, alors qu'il est payé indirectement par les consommateurs. Actuellement, il n'y a pas encore de mouvement pour obtenir "justice", c'est à dire que tout utilisateur de Linky bénéficie de ses possibilités.
  14. Bonjour, Le scénario negaWatt, à étudier de près et avec sérieux, inclut la sortie du nucléaire. C'est possible, avec les bonnes décisions. Reste à savoir si c'est souhaitable et voulu... Un peu de lecture ? https://decrypterlenergie.org/category/production-denergie/nucleaire Une étude de l'ADEME est venue confirmée cette possibilité : https://www.greenpeace.fr/lademe-presente-lelectricite-100-renouvelable/
  15. Bonjour, Attention, toucher aux nappes phréatiques est un jeu dangereux. Le simple fait de la réchauffer un peu peut engendrer des effets indésirables. Demander un étude géologique préalable parait indispensable.


×
×
  • Create New...